Le duplicate content : des pénalités à deux vitesses ?

Par | avril 7, 2018

Le duplicate content est bien connu des blogueurs, mais comment peut-il être détecté quand il s’agit d’un magazine papier ?

duplicate content dans Freelog 132

Aperçu de la couverture de FREELOG 132 de Mai-Juin 2016.

duplicate content : le magazine Freelog n’en est pas à son coup d’essai

Entre blogueurs, on sait tous que le vol de contenu est interdit. Nous pouvons nous inspirer d’un article, mais il ne faut surtout pas le copier dans son intégralité sous peine de voir des pénalités nous tomber sur le coin du nez. En effet, les moteurs de recherche voient ce vol d’un très mauvais œil. Oui, mais voilà qu’en est-il lorsqu’un blogueur subit un duplicate content de la part d’un magazine au format papier ? C’est ce qui est arrivé à mon ami TheBloom de Freewares & Tutos.

En lisant le numéro 132 de FREELOG de Mai-Juin 2016, on découvre (ou pas finalement) un article sur SongPeek. Sauf que celui-ci est mot pour mot l’article publié chez Freewares & Tutos en février dernier. Les méthodes employées par le magazine sont donc plus que contestables, car en plus de faire payer près de 7€ un magazine dont les articles sont finalement disponibles gratuitement sur internet, ils ne citent aucunement les sites sur lesquels ont été commis le larcin.

Evidemment on pourrait se dire, ils sont un format papier et donc pas très au fait des règles imposées par les moteurs de recherche. Permettez-moi d’en douter. Car tout le monde sait bien que l’on ne s’approprie pas le travail d’un autre sans autorisation, mais en plus je les ai contacté pour avoir quelques explications au sujet de ce duplicate content. Mon commentaire (posté sur leur site internet!) est resté lettre morte. En plus d’être agaçant, cela a tendance à me prouver qu’il étaient au courant des conséquences de leurs actes.

Ce qui est également énervant, c’est que les moteurs de recherche n’ayant aucun accès au magazine papier, ils peuvent donc continuer ainsi autant qu’ils le désirent, ils ne recevront aucune pénalité puisqu’ils n sont pas sur la toile. Google et compagnie n’y verront donc jamais de duplicate content. Au final, c’est tout de même les lecteurs de FREELOG qui sont lésés. On est en droit de se demander si les autres articles ne proviennent pas d’autres sites d’ailleurs! Figurez vous que c’est le cas, du moins en partie. Le numéro 132 du magazine Freelog ne fait pas figure d’exception. Depuis plusieurs années, des articles publiés sur différents numéros de FREELOG ont été copiés, mot pour mot, sur des blogs.

Vous êtes bien entendu en droit de penser que ce que j’annonce est totalement gratuit et n’a pour but que de faire un (bad?) buzz, sauf que mes propos sont facilement vérifiables. Il n’y a qu’à regarder les captures d’écran pour s’en rendre compte.

Article paru dans Freelog #132 :

Songpeek Freelog 132

Article publié en février sur Freewares & Tutos :

songpeek Freewares & Tutos

Vous remarquerez qu’à quelques mots près ils sont strictement identiques. et si vous souhaitez d’autres exemples de duplicate content, il suffit de télécharger ce PDF pou voir que cela dure depuis quelques temps !

Comment réagir et comment éviter ce vol de contenu ?

Malheureusement, on ne peut pas l’éviter. N’importe qui peut le faire et si la médiation ne donne rien, il ne reste qu’une solution, la voie juridique. Mais a-t-on vraiment les moyens de lutter financièrement? En tant que « petit blogueur » peut-on vraiment s’attaquer à tous ceux qui s’octroie notre travail? Il n’y a donc que 2 possibilités en cas de sourde d’oreille de la part du voleur, laissez couler ou attaquer au risque de partir dans des batailles financièrement coûteuse. Chacun pourra juger selon sa propre situation… Dans le cas d’un duplicate content de la part d’un magazine papier, vous ne pourrez pas compter sur google pour infliger des pénalités au voleur … malheureusement !

3 thoughts on “Le duplicate content : des pénalités à deux vitesses ?

  1. coreight

    Alors ça c’est énorme :-
    Je n’ai pas trouvé d’article chez thebloom, il n’en a pas parlé ?
    Je pense que ça vaudrait quand même le coup de tenter de contacter un avocat spécialisé, au moins pour qu’il lui dise ce qu’il est possible de faire, et s’il a des chances d’obtenir gain de cause.

  2. nalaweb Auteur de l'article

    Non il en a pas parlé. Mais il est au courant.
    C’est ce que je dis dans mon article, le problème c’est que ça peut vite être un gouffre en temps et en argent… mais le problème c’est que si on ne fait rien ça peut vite se reproduire et ça peut encore durer des années …

  3. thebloom

    Hello

    Bien sûr que je suis au courant, j’avais déjà eu le cas il y a quelques années, j’avais envoyé un mail, ils n’ont même pas daigné me répondre … donc je ne vais pas me prendre la tête en temps et en argent pour des copieurs qui pourraient citer leur source puisqu’ils l’ont bien fait pour Colok…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *